Le Hainaut français… Terre de brasseries !

Un terroir façonné par
les traités et la volonté des puissants

La région de Valenciennes, capi­tale du Hainaut fran­çais, se révèle d’un grand inté­rêt his­to­ri­que pour évoquer les tra­di­tions et le patri­moine bras­si­cole du Nord de la France. Cette contrée est consi­dé­rée depuis quel­ques décen­nies comme le ber­ceau de la renais­sance des bières de garde et de Noël.

Le Hainaut fran­çais, inclus dans les arron­dis­se­ments de Valenciennes et d’Avesnes, cons­ti­tue, avec la Flandre et le Cambrésis, l’une des trois enti­tés du dépar­te­ment du Nord.

Ses limi­tes géo­gra­phi­ques lui ont conféré une forte iden­tité :
à l’ouest : une fron­tière natu­relle remar­qua­ble, limite occi­den­tale de la Lotharingie (Traité de Verdun. 843) puis du St Empire romain ger­ma­ni­que ;
au sud : le comté épiscopal de Cambrai ;
à l’est : le duché de Luxembourg, lors­que le Hainaut devient vert et boca­geux, aux confins des Ardennes ;
au nord : une fron­tière, arti­fi­cielle celle-là, résul­tat des trai­tés de Nimègue (1678) et d’Utrecht (1713) sépa­rant le Hainaut fran­çais du Hainaut belge resté cultu­rel­le­ment très proche.
N’oublions pas, entre Scarpe et Hainaut, deux vieux can­tons caro­lin­giens : le Pagus de la Scarpe et celui d’Ostrevant écartelés entre Flandre et Hainaut jusqu’à leur rat­ta­che­ment défi­ni­tif au Hainaut dès le Xe siècle.

De l’origine de la brasserie régionale
à « l’âge d’or bourguignon et espagnol »

Entre l’Escaut et la Sambre s’étendait, à l’ère pré-chré­tienne, la terre des Nerviens, com­bat­tants redou­ta­bles qui, lors de la conquête de la Gaule, semè­rent bien sou­vent la pani­que dans les légions de César. Trouvaient-ils leur cou­rage et leur force dans les bois­sons des dieux et des guer­riers ? Ils usaient cer­tai­ne­ment comme leurs voi­sins les Atrébates et les autres peu­ples de la Gaule belge, de cer­voi­ses bras­sées de façon domes­ti­que.

Ce qui est plus sûr c’est qu’au temps des bras­se­ries mona­ca­les, nos abbayes, notam­ment celles de Saint-Saulve, Maroilles, Saint-Amand, Hasnon et Crespin, pos­sé­daient toutes une ou plu­sieurs bras­se­ries.

Aux XIIe et XIIIe siè­cles, dans nos dis­tricts ruraux, la bras­se­rie domes­ti­que s’étoffe et devient agri­cole, tandis qu’en ville un arti­sa­nat bras­si­cole prend son essor et favo­rise les cor­po­ra­tions notam­ment celles des bras­seurs. Il faut pré­ci­ser que l’ensem­ble de nos pro­vin­ces est alors sous le contrôle des ducs de Bourgogne puis sous domi­na­tion espa­gnole.

Trois révolutions majeures scellent le destin
de la brasserie régionale ?

La pre­mière de ces révo­lu­tions est l’annexion de notre ter­ri­toire par les Français, lors­que Louis XIV voulut sécu­ri­ser les fron­tiè­res nord du royaume (Valenciennes se rendit en 1677) ; elle annonce le rat­ta­che­ment de notre région, c’est-à-dire la partie sud du Hainaut à la France en 1678.

Ce bou­le­ver­se­ment va pro­vo­quer d’impor­tan­tes modi­fi­ca­tions poli­ti­ques : un pou­voir auto­ri­taire et cen­tra­lisé va suc­cé­der à une admi­nis­tra­tion plus libé­rale vis-à-vis des pro­vin­ces et des cités. Cela affai­blira la puis­sance des magis­trats et par voie de consé­quence celle des cor­po­ra­tions.

Puis vient la Révolution de 1789. Concrétisant un cou­rant d’idées indi­vi­dua­lis­tes issu du Siècle des Lumières, la loi Le Chapelier (1791) sup­prime toute asso­cia­tion de gens d’un métier, donc les cor­po­ra­tions.

Au début du XIXe siècle, notre troi­sième révo­lu­tion n’est pas poli­ti­que mais tech­ni­que et économique ; c’est la Révolution Industrielle.

Grâce à quel­ques inven­tions fon­da­men­ta­les (machi­nes tex­ti­les, machi­nes à vapeur, hauts four­neaux) mais sur­tout grâce à la décou­verte de nou­vel­les sour­ces d’énergie (houille puis pétrole et électricité), cette révo­lu­tion va en un siècle chan­ger les rap­ports de l’homme avec la nature et sa façon de vivre. Elle va démul­ti­plier la pro­duc­tion, faci­li­ter les trans­ports et créer d’énormes riches­ses mal­heu­reu­se­ment par­ta­gées de façon iné­gale.

Dans ce contexte, le Hainaut fran­çais va béné­fi­cier d’un atout excep­tion­nel, un vrai filon… un filon de houille décou­vert en 1716 à Fresnes par le ver­rier Desandrouins. L’extrac­tion, modeste au départ, mettra long­temps à se déve­lop­per mais explo­sera au milieu du XIXe siècle. La richesse du sous-sol favo­ri­sera, en sur­face, un essor indus­triel consi­dé­ra­ble ; tex­tile d’abord, puis à partir de 1880, métal­lur­gi­que lors­que la liai­son fer­ro­viaire avec la Lorraine per­met­tra l’échange char­bon – mine­rai de fer. Concentrée autour de deux pôles – Valenciennes, Anzin, Denain et Maubeuge, Hautmont, Jeumont – l’indus­trie bou­le­verse le pay­sage, l’habi­tat et le mode de vie. De modes­tes bourgs devien­dront en quel­ques décen­nies de véri­ta­bles villes.

Il faut loger, nour­rir, vêtir ces pay­sans venus cher­cher du tra­vail. Il faut aussi étancher leur soif car ils aiment, après leur dur labeur, se retrou­ver à l’esta­mi­net pour fumer une pipe autour de quel­ques chopes. Et ils aiment faire la fête à la ducasse, à la Sainte-Barbe, à la Saint-Eloi.

C’est alors une période faste pour les arti­sans bras­seurs : le nombre des bras­se­ries décu­ple dans les régions en cours d’indus­tria­li­sa­tion. À Denain, on comp­tait jusqu’à 32 bras­se­ries pour ce vil­lage devenu ville de 20 000 habi­tants.

Profession « brasseur » en Nord-Pas-de-Calais
aux XIXe et XXe siècles

En cette fin du XIXe siècle, le pay­sage régio­nal change consi­dé­ra­ble­ment. Les villes se sont ouver­tes, les murs sont tombés ; quel­ques agglo­mé­ra­tions sont deve­nues ten­ta­cu­lai­res, on se rend de Valenciennes à Condé par une très longue rue bordée de corons et d’usines. Des arti­sans dyna­mi­ques s’ins­tal­lent dans ces cités, à coté des anciens et sus­ci­tent l’émulation. Tous bras­sent encore en fer­men­ta­tion haute et fer­men­tent en fûts d’expé­di­tion, mais cer­tains adop­tent le chauf­fage et la force motrice « à la vapeur ».

Une mino­rité s’enhar­dit. Ces entre­pre­neurs ambi­tion­nent d’étendre leur clien­tèle en se moder­ni­sant et en amé­lio­rant la qua­lité de leur pro­duc­tion. Ils son­gent à la fer­men­ta­tion basse, au condi­tion­ne­ment en bou­teilles, à la fil­tra­tion des bières voire à la pas­teu­ri­sa­tion.

Pour inves­tir, ces bras­seurs ambi­tieux ont besoin de capi­taux ; cer­tains les trou­vent en for­mant une société ano­nyme. Parallèlement dans le contexte des luttes socia­les, on assiste à la créa­tion de bras­se­ries coo­pé­ra­ti­ves dont cer­tai­nes sont déjà impor­tan­tes.

C’est ainsi que, peu à peu, se crée le lent pro­ces­sus de concen­tra­tion de l’indus­trie bras­si­cole qui va carac­té­ri­ser le XXe siècle. Les des­truc­tions et pilla­ges des deux guer­res mon­dia­les, la concur­rence de plus en plus vive, pèse­ront ici comme ailleurs, dans l’évolution de la bras­se­rie moderne.

Pour l’amour de la bière brune !

L’évolution tech­ni­que a entraîné, paral­lè­le­ment, des chan­ge­ments dans les habi­tu­des et dans les goûts des consom­ma­teurs.

Entre les deux guer­res, malgré les pério­des de crise, le pou­voir d’achat a aug­menté, sur­tout dans ces régions indus­tria­li­sées. La bou­teille d’un litre à bou­chon méca­ni­que est appa­rue sur la table du bour­geois et aussi sur celle de l’ouvrier sou­vent action­naire d’une bras­se­rie coo­pé­ra­tive. On boit au cours du repas de la bière de table (2°) mais aussi de la bière bock (3°). Au tra­vail, on boit de la petite bière (1°) en grande quan­tité ; il fait ter­ri­ble­ment chaud au pied du haut-four­neau ou du four à verre.

“Après l’effort, le réconfort”,

Au café , le bour­geois trouve son plai­sir avec des bières venues de l’est (de Lorraine, d’Alsace, voire de Munich) désor­mais « à la pres­sion ». À l’esta­mi­net, le tra­vailleur recons­ti­tue ses forces grâce à des bières denses (5 à 6°) condi­tion­nées en canet­tes de 33 cl. Ces bières pro­vien­nent quant’à elles, d’Angleterre ou d’Irlande en pas­sant par la Belgique toute proche où les trans­fron­ta­liers peu­vent en faire la pro­mo­tion. Elles obtien­nent un tel succès que les bras­seurs – de Maubeuge à Valenciennes – déci­dent de s’adap­ter au goût du jour. C’est ainsi que nais­sent nombre de « Scotch » (ambrée), de « Porter » (plus foncée) et de « Stout » à la cou­leur du café.

Après la Seconde Guerre mon­diale, et ses res­tric­tions, il reste dans les esprits, la nos­tal­gie de ces bières fortes brunes et aro­ma­ti­ques. Aussitôt après la libé­ra­tion, on pou­vait les trou­ver en Belgique, deve­nue pour nous autres, un véri­ta­ble pays de coca­gne. Il nous fallut atten­dre long­temps un ravi­taille­ment normal en grain, pour songer à bras­ser à nou­veau des bières denses. C’est ce que ten­tè­rent quel­ques bras­seurs du Valenciennois vers 1960. Ils le firent au moment de Noël pour un ou deux bras­sins et ainsi renouer avec la tra­di­tion.

Vous voyez, le Hainaut fran­çais et plus lar­ge­ment le Nord-Pas-de-Calais n’a pas usurpé son titre de : Pays de la bière !

Notre Région

Un Pays fier de sa bras­se­rie

La Brasserie la Choulette à l’honneur ! Depuis sa fondation en 1885, la Brasserie La Choulette fait partie de la culture et du patrimoine des gens (…)

PAIEMENT SÉCURISÉ

Visa, Mastercard, Amex

LIVRAISON STANDARD OFFERTE

dès 4 cartons pleins ( soit 48 bouteilles de 75cl ou 96 bouteilles de 33cl, panachage possible dans les formats)

Livraison dans toute la France

Le coût de la livraison par carton reste le même sur toute la France

LES DÉTAILS ET COÛTS DE LA LIVRAISON PAR CARTONS DE CHOULETTE

LIVRAISON PARTOUT EN FRANCE

Pour une livraison à l'étranger, nous contacter au +33 (0)3 27 35 72 44

1 CARTON - La livraison à 15 Euros

1 carton peut contenir 12 grandes bouteilles de 75cl ou le double de 33cl ( 24 bouteilles de 33cl). Il est possible d'assortir des 75cl et des 33cl dans le même carton à savoir que les 75cl prennent deux fois plus de place. Exemple d'un carton: 6 bouteilles de 75cl, et 12 bouteilles de 33cl.

2,3 CARTONS - La livraison à 21 Euros

2 à 3 cartons peuvent contenir de 13 à 36 grandes bouteilles de 75cl ou le double de 33cl ( 25 à 72 bouteilles de 33cl). Il est possible d'assortir des 75cl et des 33cl dans le même carton à savoir que les 75cl prennent deux fois plus de place que les 33cl. Par exemple: 13 bouteilles de 75cl, et 46 bouteilles de 33cl occupe 3 cartons pleins.

4 CARTONS PLEINS ou plus - LIVRAISON GRATUITE

4 cartons peuvent contenir 48 grandes bouteilles de 75cl ou le double de 33cl ( 96 bouteilles de 33cl). Il est possible d'assortir des 75 et des 33cl dans le même carton à savoir que les 75cl prennent deux fois plus de place. Par exemple: 25 bouteilles de 75cl, et 46 bouteilles de 33cl occupent 4 cartons.